Des fantômes bien réels

Phantoms of the Border – 52′ – 2013

Un film de Harkjoon LEE

TrafQl.Photo00EOA_005EOA_007

A la frontière de la Chine et de la Corée du Nord, des jeunes femmes nord-coréennes sont vendues à des courtiers chinois. Pour assurer la subsistance de leurs familles, elles doivent se vendre sur le marché humain, à des fins de prostitution. Emmenées dans la campagne chinoise, elles travaillent ensuite péniblement dans les champs et jouent souvent le rôle de mère porteuse. Si par malheur elles sont repérées par les forces de l’ordre chinoise, elles sont arrêtées et renvoyées en  Corée du Nord. Pour elles, c’est un  véritable dilemme : «faut-il laisser tomber l’enfant et fuir ou continuer à vivre ainsi ?». Dans ces villages frontaliers, les larmes de ces femmes ne cessent de couler. D’autant que ces conditions difficiles se répercutent sur la génération suivante. Les enfants de ces femmes ne se voient pas délivrer facilement la nationalité ni par la Chine, ni par la Corée du Nord, ni même par la Corée du Sud. Sans inscription sur l’état civil, ils ne peuvent ni être scolarisés, ni bénéficier de soins médicaux, ou d’autres droits dont peuvent jouir un citoyen normal, et deviennent ainsi des « fantômes », sans existence légal et social.

Pour aider les victimes de ce système impitoyable, où l’argent est roi, une association a mis en place le projet  « la fuite de l’ange ». Ce projet consiste à aider les enfants concernés à se réfugier en Thaïlande, pour ensuite se faire adopter aux États-Unis ou en Europe, ou encore partir vers la Corée du sud. Mi-jin, Hong-hi et Ji-young sont 3 d’entre eux dont nous avons filmé la fuite,  à haut risque.

dimanche 30 mars à 11h
Cinéma des cinéastes
7 Avenue de Clichy, Paris 17
01 53 42 40 00
M° Place de CLichy

lundi 31 mars à 14h
La clef
34 rue Daubenton, Paris 05
09 53 48 30 54
M° Censier-Daubenton

mardi 1er avril à 20h
Le Studio des Ursulines
10 rue des Ursulines,  Paris 05
01 56 81 15 20
M° Censier Daubenton

hark-joon-leeL’histoire complexe de la Corée est la raison pour laquelle Harjoon Lee s’est intéressé au problème de la guerre, des réfugiés et la question des droits de l’Homme. Depuis 1999, Lee travaille comme journaliste reporteur et producteur de documentaires. En 2007 il a produit et réalisé une série de films intitulés Our Asia, un documentaire centré sur la pauvreté dans les pays d’Asie. en 2002 il a effectué un rapport sur le massacre de nombreux civiles survenue pendant la guerre de Corée pour lequel il a reçu de nombreux prix prestigieux dont le Prix du journaliste en Corée de l’année 2008.

Publicités

Une réponse à “Des fantômes bien réels

  1. Pingback: Festival du film coréen à Paris sur les frontières dans la péninsule coréenne | beyondborderlines

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s